Captation Construction

Le BIM, le PCI et la gestion de projets – Point de vue du donneur d’ouvrage

Guy Paquin, Société québécoise des infrastructures


Salle PREMIER TECH (2416) 18/04/2018 13:20 - 14:15

Mettre en favori et partager

Guy Paquin

Depuis une trentaine d’années, l’industrie de la construction accumule un retard de productivité par rapport à l’ensemble des secteurs industriels du Québec. Plusieurs reconnaissent que ce retard peut être rattrapé grâce aux technologies numériques et aux approches intégrées qui font place à la collaboration et l’interdisciplinarité. Cependant, ce virage nécessite que les entreprises adoptent de nouveaux modèles d’affaires, réalisent des investissements et revoient les compétences de leur main-d’œuvre.

Le virage numérique dans l’industrie de la construction se caractérise principalement par le passage d’une réalisation et d’une gestion centrées sur des sources d’informations statiques vers une réalisation et une gestion, y incluant la gestion des actifs, axée sur une source d’information fédérée et réutilisable à diverses fins. La modélisation des données du bâtiment (MDB), connue sous l’appellation Building Information Modeling (BIM), se retrouve au cœur du virage construction qui débute actuellement au Québec. Cette représentation numérique des caractéristiques physiques et fonctionnelles d’un ouvrage dans un but de visualisation, d’analyse et de validation, sert aussi de plateforme pour le partage des connaissances et des données et constitue un outil d’aide à la décision durant le cycle de vie d’un projet et le cycle de vie d’une infrastructure.

Les données, générées dès les premières étapes de la conception d’un ouvrage et tout au long de sa réalisation, pourront être réutilisées et exploitées afin de concevoir et construire, mais aussi à exploiter, à occuper et à disposer d’un ouvrage. Quel sera l’impact de ce virage numérique et de cet énorme apport de nouvelles données? Quelle est la contribution de la collaboration et de l’interdisciplinarité dans ce virage? Quelle est la place de la gestion de projets et des processus tels que nous les connaissons aujourd’hui?